QU’EST-CE QUE GOOGLE ADWORDS ET COMMENT CELA…

Comme le dit très bien l’agence spécialiste du référencement ESKIMOZ « A quoi cela sert d’avoir le plus beau site du monde s’il n’est pas visible ? ». Et dès la mise en ligne de votre site Internet flambant neuf, il va falloir se pencher sur l’acquisition de trafic qui est l’élément central de toute stratégie de marketing digital. L’audience d’un site web est sans doute son principal indicateur de performance.

Nous vous avions déjà parlé lors d’un précédent article du référencement naturel SEO qui est la source trafic la plus pérenne avec le coût d’acquisition le plus faible et donc la plus ROISTE dans la durée (retour sur investissement). Problème mêmes les meilleurs consultants en référencement ne parviendront pas à faire décoller l’audience d’un nouveau site, qui plus est avec un nom de domaine sans historique, et donc ayant peu d’autorité aux yeux de Google (domain score faible), avant au minimum 9 à 12 mois, voire même bien plus longtemps si l’on essaye de se positionner sur des mots clés très concurrentiels. Que ce soit au niveau de la mise en place d’une stratégie de netlinking, la création de contenu, l’optimisation du référencement et l’indexation par Google, tout cela prend du temps.

Problème c’est bien souvent la ressource dont les entreprises manquent le plus !
Alors que faire ? Il existe de nombreux leviers digitaux pour cibler les bons prospects et attirer de nouveaux clients : emailing, réseaux sociaux (SMO, Facebook Ads, Linkedin Ads etc…), affiliation, articles sponsorisés, guestblogging etc… Mais la meilleure option pour attirer du trafic qualifié rapidement reste sans conteste le SEA (Seach Engine Advertising) autrement dit l’achat de mots clés via Google Adwords.

Si vous êtes novice dans le domaine du Search Marketing vous êtes au bon endroit !

QU’EST-CE QUE GOOGLE ADS (ANCIENNEMENT CONNU SOUS LE NOM DE GOOGLE ADWORDS) ?

 

 

Google Ads est l’interface publicitaire de Google sur laquelle les annonceurs enchérissent sur certains mots clés afin que leurs annonces apparaissent dans les premiers résultats de recherches des SERP Google. Les annonceurs payent au clic, c’est ainsi que Google gagne de l’argent grâce à son moteur de recherche. Les annonces publicitaires sont distinguées visuellement des résultats dits « naturels » par la mention ANNONCE.

Le processus d’enchères prend en compte plusieurs facteurs importants comme le quality score et l’enchère maximale par clic (en gros ce que l’on est prêt à payer pour attirer un visiteur sur son site).

Avantage immédiat à utiliser Adwords est qu’il n’est pas nécessaire d’attendre que votre nouveau site remonte organiquement dans le classement. En utilisant la recherche payante, vous pouvez avoir des résultats immédiats et ce n’est pas aussi difficile à utiliser ou coûteux que vous ne le pensez.

H2 : LES PRINCIPES DE BASE DE GOOGLE ADS

Inutile de précisé qu’en 2019, que ce soit en B2B ou en B2C une grande partie du processus de décision d’achat se fait désormais on line. Avec Google Adwords, vous choisissez quelques expressions en lien avec votre thématique et susceptibles d’attirer des prospects. Lorsqu’un internaute effectue une recherche sur Google, votre annonce dédiée apparaîtra sur le SERP en fonction de ces mots-clés. Et si la personne clique elle atterrit sur une landing page correspondante.

Bien sûr, vous n’allez probablement pas être la seule entreprise à vouloir utiliser les liens sponsorisés et même sur Adwords il va falloir composer avec la concurrence. Cependant avec une bonne stratégie il est possible de tirer son épingle du jeu et parvenir à une croissance rentable.

QU’EST-CE QUE LE CPC ?

 

 

Le CPC, ou coût par clic, est le montant qu’un annonceur paie chaque fois que quelqu’un clique sur son annonce AdWords.

Votre CPC est déterminé par la compétitivité de vos mots-clés, de vos offres maximales et de votre quality score.

Le coût moyen par clic sur AdWords varie selon le mot-clé et l’industrie, mais est d’environ 2€ sur la partie Search et 0,50€ sur la partie display/affichage.

QU’EST-CE QUE LE GOOGLE QUALITY SCORE ?

Il s’agit d’une mesure que Google utilise pour déterminer la pertinence et l’utilité de votre annonce pour l’utilisateur, en se basant principalement sur le CTR de votre annonce (taux de clic), la pertinence des mots clés et la qualité de votre page sur laquelle l’internaute va être renvoyé (landing page). Plus votre quality score est élevé, mieux c’est ! Cela vous fera économiser de l’argent (CPC moins cher) et vous permettront d’obtenir de meilleurs classements pour vos annonces.

QU’EST-CE QUE L’AD RANK ?

 

L’Ad Rank est le classement déterminant l’ordre d’affichage des annonces publicitaires (liens sponsorisés).

D’une manière générale, l’annonce ayant le rang publicitaire le plus élevé occupe la première place et l’annonce ayant le deuxième rang publicitaire le plus élevé occupe la deuxième place (en supposant que les annonces atteignent les seuils pertinents), et ainsi de suite.

Le montant de votre enchère n’est qu’un des cinq facteurs qui entrent dans le calcul du classement des annonces. D’autres facteurs comprennent :

– La qualité de vos annonces et de votre landing page (cf explication du Quality Score)
– Pertinence entre votre offre avec le sujet de la recherche
– Le contexte de recherche, y compris la requête, l’heure de la recherche, les autres annonces et résultats de recherche qui apparaissent sur la page, et d’autres signaux utilisateur comme l’emplacement et le type de périphérique utilisé.
– Extensions publicitaires et autres formats publicitaires : ce sont les informations supplémentaires que vous pouvez ajouter comme un numéro de téléphone ou d’autres liens vers d’autres pages de votre site Web.
– Mise en place du pixel de tracking de conversion AdWords

LE SYSTEME DES ENCHERES

Vous pouvez choisir un montant d’enchère maximum, et si vous choisissez l’option automatique, Google choisit le montant de l’enchère pour vous dans les limites de votre budget, et vous apporte théoriquement le plus de clics possible dans ce budget.

Il existe également une autre option moins courante appelée coût par mille (CPM). Vous payez le moteur de recherche par tranche de 1 000 impressions de votre annonce dans les résultats et cela même si  l’utilisateur ne clique pas dessus.

Vous pouvez choisir l’une ou l’autre méthode mais d’expérience il faut mieux opter pour le CPC et éviter autant que possible l’option des enchères automatiques. Vos intérêts et ceux du géant de Mountain View n’allant pas systématiquement dans la même direction…

COMMENT FONCTIONNE LE GOOGLE DISPLAY NETWORK (OU GDN)?

Vous avez très certainement déjà entendu parler de Google Adsense. C’est un moyen pour nombres de petits blogueurs de monétiser (un peu) l’audience de leur site Internet grâce à des bannières publicitaires. Son très grand réseau de sites partenaires permet à Google de placer son affichage publicitaire un peu partout et d’atteindre plus de 90% de tous les utilisateurs Internet ! Les annonceurs trouvent généralement que les clics Display Network sont moins coûteux que ceux du réseau de recherche. Et selon vos méthodes de ciblage, les CTR peuvent être élevés et les CPA faibles.

EST-CE QUE ADWORDS FONCTIONNE ?

 

 

Nous avons utilisé Google Adwords au démarrage de l’agence 107 Création et nous avons surtout depuis gérer de nombreuses campagnes pour le compte de plusieurs clients sur des thématiques très diverses au fil de années, certain ayant des budgets mensuels récurrents de plusieurs milliers d’euros.

Donc à la question est-ce que ça marche vraiment ? Notre première réponse serait que ça vaut très clairement le coup d’essayer. L’avantage par rapport aux autres leviers c’est que l’on va pouvoir effectuer un « tracking » extrêmement détaillé grâce à Google Analytics et notamment les conversions provenant d’Adwords. Donc on saura précisément combien on dépense et surtout combien cela rapporte.

Après il faut prendre conscience que comme à peu près tout le marketing digital il va falloir se montrer patient. Une campagne Google Adwords s’optimise dans la durée. La pertinence du choix des mots-clés, la rédaction d’annonces qualitatives, travail d’optimisation sur les landing pages etc…

Au niveau des mots-clés il est fréquent que plus un mot clé est générique, plus il coûte cher et souvent moins il transforme.

Si vous avez un site E-commerce de chaussures vous aurez un bien meilleur retour sur investissement en vous positionnant sur « Nike Huarache » plutôt que sur « Chaussures » pour lequel vous serez en concurrence frontale avec les gros pure player de web comme Sarenza ou Zalando et donc des CPC pouvant allègrement dépasser les 3€.

Il n’est pas rare qu’il faille recentrer les campagnes exclusivement sur quelques mots clés de niches parce que toutes les conversions viennent de là et couper tout le reste.

ALTERNATIVES AUX ANNONCES GOOGLE

Le réseau Bing (anciennement connu sous le nom de Yahoo Bing Network) est le plus grand rival de Google au niveau du Seach Marketing. S’il permet souvent d’atteindre de meilleurs taux de transformation son principal inconvénient est qu’en dehors des Etats-Unis le marché de la recherche en ligne est tellement dominé par Google (+ de 90% en Europe) que Bing ne pourra être qu’un complément et non une réelle alternative car le volume global de clics générés risque d’être très faible.

GOOGLE SHOPPING

 

Lorsque vous effectuez une recherche sur Google concernant un produit vous avez dans doute remarqué que des images accompagnées d’un titre et d’un prix font leur apparition en haut ou à droite de l’écran.

Sur le web les gens préfèrent bien souvent une image à du texte. Les annoncent textuelles sur Adwords reculant d’environ 5% par an au bénéfice des annonces images.

Comment les utiliser ?

Il faut préalablement se doter d’un compte Google Merchant et d’un autre Google Adwords et faire le lien entre les deux. Ensuite il va falloir rentrer les caractéristiques pour votre liste de produits (les fameux product feeds en anglais) avec ID, Title, Description, Category, URL de l’image principale. Une fois la mise en place le principe est relativement similaire à celui des annonces textuels avec toujours le système d’enchères.

CONFIEZ LA GESTION DE VOS CAMPAGNES A 107 CREATION

Nous avons mené et analysé des dizaines de campagnes Google AdWords liées à toutes sortes de domaines d’activité. La façon la plus simple de voir comment vous vous en sortez est encore de faire un test avec un budget prédéfini. Vous pourrez alors comparer vos performances à celles d’annonceurs similaires.

Confiez vos campagnes de référencement payant à 107 Création pour des résultats rapides et sans fausses notes !

RÉFÉRENCEMENT NATUREL OU RÉFÉRENCEMENT PAYANT : LEQUEL…

Les entreprises disposant de moyens marketing non extensibles sont quasiment toutes amenées à se poser la question du choix entre ces 2 leviers pour développer leur chiffre d’affaire grâce au web.

Nous allons d’abord effectuer un rappel rapide de la différence entre les le SEO et le SEM avant de vous apporter un éclaircissement sur lequel est le plus adapté à votre activité.

QUELLE DIFFÉRENCE ENTRE LES DEUX ?

Le SEM (Search Engine Marketing) est également appelé PPC (Pay Per Click) est le volet publicitaire du référencement qui est également désigné par le terme générique de référencement payant en Français. Le SEO (Search Engine Optimization) correspond quant à lui au trafic organique, on parle généralement de référencement naturel. Tous les liens n’indiquant pas la mention ADS ou Publicité. C’est la même chose au niveau de la vidéo sur Youtube.

L’objectif du SEO est de vous faire sortir (« ranker ») dans les premières positions des moteurs de recherche et Google en particulier sur des requêtes parfois très concurrentielles ayant lien avec votre business. Si vous n’apparaissez pas sur la première page (et plus largement dans les 3 premiers résultats) vous n’aurez que très bien de chances que les internautes arrivent à trouver votre site. Les 3 premières places trustent à elles seules plus de 70% des taux de clics.

Le webmarketing c’est d’abord et avant toute chose du…. Marketing. Donc les vecteurs à prendre en considération sont le temps, les efforts et l’investissement financier pour parvenir à capter le saint grâle pour toute entreprise cherchant à se développer grâce au web, à savoir l’attention de l’internaute. Car sans cela il est certain qu’il ne se passera rien. Il faut que le prospect accède à votre contenu pour qu’il puisse derrière par exemple souscrire à votre newsletter, effectuer une demande de devis en ligne ou une prise de rendez-vous par téléphone etc… avant de pouvoir en faire un client.

LES ENJEUX DU SEO

Contrairement aux idées reçues le référencement naturel SEO n’est jamais totalement gratuit. Vous allez forcément devoir dépenser à minima un peu d’argent dans l’apprentissage si vous souhaitez internaliser la démarche ou bien alors en sous-traitance si vous décider de faire appel à un consultant ou à une agence spécialisée en SEO. En premier lieu on peut penser au budget développement pour la remise à niveau du site souvent nécessaire à la suite d’un audit technique. Une stratégie de netlinking qualitative prend généralement beaucoup de temps. Même chose pour la longue traîne.
Mais le facteur le plus important à prendre en considération dans un projet de référencement naturel sur Google est le temps. Il va se passer au minimum 6 mois avant de pouvoir réellement tirer les premiers enseignements et savoir si les actions menées permettent de se positionner sur les bons mots clés. Ces mots clés génèrent-t-ils du lead ? Les internautes arrivant sur votre site via des requêtes sur ces mots-clés sont-ils ou non intéressés pour aller plus loin avec vous ?

LES ENJEUX DU RÉFÉRENCEMENT PAYANT

C’est sensiblement la même réflexion ! Sauf à ce que vous soyez d’ores et déjà un expert dans la gestion des campagnes Google Adwords vous devrez là aussi vous former ou faire appel à un prestataire certifié. La différence principale par rapport au SEO va se faire au niveau du temps. Là avec le CPC on peut avoir au bout d’une petite heure de paramétrage ses annonces visibles par les internautes et donc récolter les premiers clics vers votre site Internet. Grâce à Google Analytics on pourra donc rapidement analyser les principaux indicateurs metrics comme le taux de rebond, le temps passé sur le site, le nombre de pages vues qui seront autant d’indicateur pour nous permettre de savoir si l’on va dans la bonne direction, notamment sur le choix des mots clés.
L’approche globale ne doit donc pas être SEO versus SEM, lequel des 2 dois-je choisir, mais plutôt comme 2 outils au sein de votre arsenal marketing qui peuvent s’avérer complémentaires.  Comme dit plus haut Adwords peut permettre de valider le choix des mots clés les plus pertinents, ceux qui transforment le mieux. Une fois ce constat effectué on va pouvoir travailler ces mots d’un point de vue SEO afin de se positionner dessus également au niveau du référencement naturel.
Le SEM est également particulièrement adapté pour les petites entreprises qui débutent sur le web.

LES CREATEURS DE CONTENUS

Les secteurs d’activité qui génèrent beaucoup de création de contenu comme par exemple les médias ou les blogueurs / influenceurs sont souvent par définition « anti SEA » comme si pour eux il y avait quelque chose de pas éthique dans le fait de payer pour générer du trafic. Dans le fait ce n’est pas le cas du tout parce que lorsque l’on met de l’argent sur Google Adwords on va générer clic et donc faire venir des gens sur notre site web mais ce n’est pas pour autant que l’on va parvenir à capter leur attention. Le référencement payant est un accélérateur mais si le contenu n’est pas bon vous vous rendrez compte rapidement que personne ne voudra le lire.

CONCLUSION

Le référencement payant fonctionne mais pour que votre campagne soit réellement efficace il faudra savoir précisément sur quels mots-clés vous positionner, à quelle période elle doit débuter et quand elle doit s’achever et enfin définir le budget optimal pour obtenir les meilleurs résultats.
Il faut beaucoup tester, essayer, ajuster… La mesure et l’analyse des résultats seront le facteur clé de succès en SEA. Dans votre stratégie globale de recherche de visibilité avec en toile de fonds l’objectif de développer votre chiffre d’affaire le référencement payant est parfaitement adapté parce qu’il permet d’avoir des résultats rapidement.
107 Création étant une Agence de Référencement (Search Maketing) nous avons dans notre équipe à la fois des spécialistes de la publicité en ligne et des référenceurs. N’hésitez pas à nous passer un petit coup de fil pour échanger sur votre projet et bénéficier de la synergie entre le SEO et le SEM.

COMMENT CRÉER UN SITE INTERNET «USER-FRIENDLY» ?

Ça y est : vous avez acheté votre nom de domaine. Le projet de site internet que vous avez en tête est bien ficelé et vous voyez bien ce que vous souhaitez que votre site permette de faire à l’utilisateur. Que cela soit un site internet simple ou un site e-commerce, vous imaginez un beau site, un site dynamique, l’outil principal de votre communication digitale. Peut-être envisagez-vous d’avoir un blog pour écrire sur le sujet dont vous êtes expert. Cela signifie que vous avez les fonctionnalités du site en tête. C’est déjà un très bon départ. Mais savez-vous si les visiteurs aimeront visiter votre site ? Est-ce qu’il proposera une expérience utilisateur sympa ? Est-ce qu’il sera « user-friendly » ?

Avant l’apparition de l’expression «user-friendly», que l’on peut traduire par « conviviale », les développeurs et les utilisateurs de sites Web ne disposaient pas d’une expression consacrée pour décrire des sites Web bien conçus. Au lieu de cela, ils décrivaient chaque fonctionnalité qui ont rendu le site Web si facile à utiliser. D’un autre côté, un site Web mal conçu a été défini comme un site dont les aspects de conception et les caractéristiques de développement ne répondaient pas tout à fait aux attentes des utilisateurs.

Aujourd’hui, les utilisateurs sont extrêmement exigeants lorsqu’il s’agit de la conception et du développement d’un site Web, même pour un site vitrine basique codé en html, css et javascript, ou un site qui repose sur un CMS gratuit très classique comme WordPress. Et ils ont bien raison.
Avec toutes les nouvelles solutions d’ergonomie et de développement qui apparaissent presque tous les jours, il est tout très décevant pour un internaute d’atterrir sur un site Web désagréable à visiter. Si votre site Web rend difficile pour les utilisateurs de trouver ce qu’ils cherchent, qu’il est rempli de liens « cassés » (la fameuse page 404) ou qu’il prend trop de temps à charger, il pourrait aussi bien ne pas exister. Et les visiteurs le quitteront très vite ce qui augmentera votre taux de rebond, un très mauvais indicateur pour Google.

Afin de garder les utilisateurs sur votre site Web et les encourager à revenir, investir dans un design « user-friendly » n’est plus un conseil : c’est une exigence. La création d’un site internet professionnel apprécié par les utilisateurs nécessite de faire appel à des techniques de conception bien connues des webdesigners. Nous avons rassemblé une liste d’astuces éprouvées pour améliorer l’expérience de l’utilisateur en créant un site internet intuitif et convivial.

CONCEVOIR LE SITE INTERNET EN PENSANT À L’UTILISATEUR

Lorsque, pendant la phase projet de votre site web, vous élaborez votre plan du site, votre objectif doit être de le rendre le site aussi intuitif et simple que possible. Nommez chaque page de façon appropriée et assurez-vous que la sous-navigation se rapporte à son option de navigation principale. S’il y a beaucoup de contenu sur votre site et que vous avez donc une arborescence plus importante (=sitemap), créez une navigation utilitaire, une barre de navigation plus petite qui se trouve en haut à droite de certains sites Web, pour éviter le surpeuplement de la barre de navigation principale.

Voici quelques conseils pour faire un site internet convivial pour votre entreprise :

CONSTRUIRE UNE NAVIGATION RÉACTIVE OU « MOBILE FIRST »

Les utilisateurs doivent pouvoir naviguer facilement sur votre site, quel que soit l’appareil sur lequel ils le consultent. Votre navigation doit donc être facile à trouver et à utiliser sur n’importe quel appareil. Il peut être conçu pour être responsive design (et donc s’adapter automatiquement à la taille de l’écran de l’appareil), ou vous pouvez utiliser une approche de conception « mobile first » (= conçu prioritairement pour les appareils mobiles, notamment les smartphones et tablettes)

GARDER VOTRE NAVIGATION SIMPLE

La simplicité dans la conception et le développement de sites Web n’est pas un concept nouveau. Cependant, les utilisateurs d’aujourd’hui veulent (et ont besoin) que les choses soient aussi simples et intuitives que possible. Au lieu de créer des noms de pages internet complexes et des navigations multiniveaux, nommez chaque page de façon appropriée et claire, et réduisez au minimum les sous-navigations lorsque cela est possible.

RENDRE VOTRE LOGO FACILE À TROUVER

Le nom du site web et son logo sont l’identité numérique de votre entreprise. Ne forcez pas vos visiteurs à rechercher votre logo ou votre identité de marque. Les utilisateurs s’attendent à ce que votre logo soit dans le coin supérieur gauche de votre site Web, alors donnez-leur ce qu’ils veulent. Cela leur permettra d’identifier facilement votre marque. Votre logo devrait également être cliquable et devrait diriger les utilisateurs vers la page d’accueil, où qu’ils se trouvent sur votre plateforme.

RENDRE VOTRE SITE WEB RAPIDE COMME L’ÉCLAIR

Les sites Web à chargement lent ne suffisent plus aujourd’hui. Pire que ça, les visiteurs en partiront et n’y reviendront pas. Si votre site ne se charge pas en 3 secondes ou moins, vous allez perdre des visiteurs. Beaucoup. Selon une étude réalisée par DoubleClick (adserver de Google), «53% des visites de sites mobiles ont été abandonnées si une page mettait plus de 3 secondes à se charger». Cette même étude l’a constaté :

«Les sites internet ayant un temps de chargement de 5 secondes avaient 70% de sessions plus longues, 35% de taux de rebond plus bas, et 25% de plus de visibilité publicitaire que les sites prenant près de quatre fois plus de temps, 19 secondes.» Ces temps vont en permanence à la baisse, nous, utilisateurs du web, sommes.

Dans ce domaine aussi, la vitesse est clé. L’offre d’hébergement que vous avez choisie pourra également influer sur la vitesse. En effet, si votre serveur web est lent ou surchargé, votre site sera lent, même si vous avez optimisé sa conception.

FACILITER LA RECHERCHE SUR VOTRE SITE

Parfois, même les utilisateurs les plus avisés ne peuvent pas trouver ce qu’ils cherchent, et ils s’attendront à ce que votre site soit doté d’une fonction de recherche. Surtout s’il y a beaucoup de contenu sur votre site web. Si ce n’est pas le cas, ils partiront probablement et trouveront un site sur lequel il est plus facile de naviguer. C’est une caractéristique de conception simple qui ne devrait pas être négligée.

INCLURE UN APPEL À L’ACTION CLAIR

Parfois, les visiteurs ont besoin d’être encouragés ou rappelés à ce que votre entreprise veut qu’ils fassent sur une page spécifique. Bien que pour vous ce que vous attendez d’eux semble clair, un appel à l’action très visible et très simple est recommandé. En effet, il n’y a aucune raison de laisser vos visiteurs s’interroger, autant les aider à avancer.

En ajoutant un appel à l’action clair sur chaque page, et dans les zones les plus cliquables, vous inciterez les visiteurs à réaliser les actions que vous souhaitez. Voici quelques exemples d’appels à l’action clairs :

«Cliquez ici pour commander»
«Télécharger maintenant»
«Contactez-nous»
«Obtenir un devis»
«En savoir plus sur X»
«Obtenez votre X gratuit»

RENDRE LE CONTENU FACILE À DIGÉRER

Utilisez un langage simple, clair et concis qui comprend des titres, des sous-titres, des puces et d’autres techniques de mise en forme pour faciliter la lecture de votre contenu. De plus, évitez d’utiliser le jargon de l’industrie dans la mesure du possible. Bien qu’il soit acceptable d’utiliser des mots qui montrent que vous êtes un expert dans votre domaine, il est important de comprendre le niveau de connaissance de votre public et d’écrire d’abord et avant tout pour lui.

ÉQUILIBRER LE TEXTE AVEC LES MÉDIAS

Aujourd’hui, les visiteurs du site Web lisent moins et s’attendent à plus de photos, de vidéos et d’autres éléments visuels. En même temps, il est important de créer le bon équilibre entre le texte et les images, et de ne pas exagérer avec la stimulation. Utilisez des images de haute qualité qui rehaussent le texte, mais sans surcharger vos pages, et utilisez de vraies photos chaque fois que possible.

RENDRE LE CONTENU PARTAGEABLE

Pour tirer le meilleur parti des médias sociaux aujourd’hui, vous devez créer du contenu facilement partageable. En plus d’inclure les icônes des principaux réseaux sociaux sur votre site internet, vous devriez aussi encourager vos utilisateurs à partager vos contenus sur ces plateformes.

PRÊT À CRÉER VOTRE SITE WEB CONVIVIAL ?

Pour de meilleurs résultats, appliquez le plus grand nombre possible des conseils ci-dessus. Et n’oubliez pas de tester les fonctionnalités de votre site avant sa mise en ligne. Un site cassé n’est pas facile à utiliser, et cela n’aidera pas non plus votre site à être bien placé dans les moteurs de recherche. Vous pouvez vérifier la vitesse de votre site à l’aide du Speed Scorecard de Google. Vous pouvez même estimer l’impact sur vos revenus de l’augmentation de la vitesse de votre site, en utilisant le Calculateur d’impact de Google.

Vous souhaitez créer un site Web intuitif et convivial qui plaira à vos visiteurs ?

Contactez-nous !

COMMENT BOOSTER VOTRE SEO

Optimiser son référencement naturel SEO (Search Engine Optimization) est depuis longtemps un des enjeux clés pour les startups, désormais cette problématique touche plus largement toutes les entreprises. Avec plus de 70% du parcours d’achat réalisé en ligne les clients des PME-PMI ont depuis plusieurs années délaissés les salons les foires et salons professionnels et sont maintenant sur Internet.

Hors à l’ère du tout numérique tous les jours des centaines de nouveaux sites Web voient les jours et la plus part cherchent comment référencer pour être visible sur la toile et vont donc se focaliser sur le SEO. Et comme le référencement payant SEA (le coût-par-clic sur Google Adwords) est en continuelle augmentation, le métier de référenceur a donc le vent en poupe !

Nous n’allons pas ici vous inonder de jargon ultra-technique mais plutôt essayer de vulgariser un peu la démarche afin de la rendre accessible et compréhensible par le plus grand nombre. Pour les plus aguerris d’entre vous cherchant des informations techniques très spécifique sur par exemple comment référencer son blog nous vous invitons à vous rendre sur le site Abondance tenu de main de maître par notre très respecté collègue Olivier Andrieu.

CONTENT IS KING ! L’IMPORTANCE DU CONTENU

Vous devez le savoir avec la densité des contenus édités tous les jours sur le Web la chance que d’apparaitre dans les moteurs de recherche avec un article de 200 mots à moitié bâclé sur une thématique très générique sont quasi nulles…

Pour parvenir à vous positionner il va falloir créer du contenu de qualité et exclusif. Quand on parle d’exclusif on pense évidemment au fameux dupplicate content (opération qui consiste à paraphraser tout ou partie d’un paragraphe ou d’un article ayant été déjà publié ailleurs sans changer la moindre virgule).

Niveau quantité s’il n’y a pas de règle d’or, même si on retrouve assez fréquemment la barre des 600 mots comme étant le seuil minimum pour commencer à pouvoir « ranker » dans les premières pages de Google. Personnellement nous conseillons plutôt de tabler minimum sur 1500 mots, voir idéalement de pousser jusque la barre des 2500. Les articles longs sont plus captifs et sont généralement ceux qui vont naturellement attirer le plus de « backlinks » (ces fameux liens externes pointant vers votre page et qui vont permettre à Google de mieux indexer votre site) et aussi plus de partages sur les réseaux sociaux.

Avec un contenu dense on montre à Google et plus important à l’internaute (eh oui il ne faut pas écrire QUE pour la firme de Mountain View !) que l’on se positionne comme spécialiste.

D’ailleurs généralement les premiers résultats dans les SERPS sont le plus souvent des pages particulièrement fournies en textes. Donc vous l’aurez compris l’article générique à moitié bâclé de 200 mots n’a quasi aucune chance de se positionner….

Autre aspect important pour rendre votre contenu pertinent aux yeux des moteurs de recherche le champ lexical. A savoir qu’il va falloir que les mots clés utilisés (les fameux keywords) liés à la thématique. Il va falloir que le champ lexical lié à la thématique soit dense pour montre aux moteurs que votre contenu est réellement pertinent. Il existe des outils d’analyse sémantique SEO :

Alyze (https://alyze.info/)
Yourtextguru (https://yourtext.guru/)
Visibils (http://www.visiblis.fr/)

Cependant le remplissage est inutile. Il va falloir faire attention à la densité de mots clés. Eviter l’abus et le keyword stuffing pour ne pas se faire pénaliser.

Il existe de nombreux plugging sous WordPress notamment pour vous aider à performer en référencement naturel. S’il ne fallait en retenir qu’un ce serait très certainement Yoast SEO. Il fait partie du top 5 des pluggin les plus populaires de WordPress avec de 15 millions de téléchargements !

SOIGNEZ VOS BALISES

Les balises H1, H2, H3 servent à structurer vos contenus sur le net. La façon dont vous écrivez votre balise tite, ou balise h1, va être similaire à la façon dont vous avez écrit votre balise titre. Parfois, ils peuvent être les mêmes, et c’est normal. Voici quelques conseils :

1. Placez votre balise d’en-tête en haut de la page, de préférence après la balise .

2. Ciblez-vous les mots-clés pour lesquels vous souhaitez obtenir un meilleur classement ? Si ce n’est pas le cas, entrez et modifiez légèrement vos balises pour inclure ces mots.

3. Puis-je avoir plus d’une balise d’en-tête sur la page ? Google ne vous pénalisera pas, mais il est préférable qu’il n’y en ait qu’une seule. Si vous avez besoin de plusieurs titres, il faudrait peut-être les diviser en plusieurs pages, ou utiliser un h1, ou plusieurs h2. Voici une vidéo de Matt Cutts expliquant cela :

LES H1, H2, H3 ETC…

Il faut hiérarchiser pour aider Google à comprendre la structure des articles.
Lorsque vous créez un article sur WordPress ou sur votre site Internet Shopify les règles sont les même d’un point de vue SEO. Par exemple si vous faite un article sur les secrets de la recette familiale de la tarte tatin le titre de l’article ressemblera sensiblement à « Comment réussir votre tarte tatin ». Il y a un seul et unique H1 par article de blog ou page Internet. Il définit le sujet de la page et l’url de la page. C’est souvent générer de manière automatique notamment sur WordPress.

Pour le reste les H2, H3, H4 vont s’organiser de manière extrêmement logique et correspondre à des parties du texte rédigés.

LA BALISE META DESCRIPTION

D’un point de vue webmarketing déjà le texte doit inciter au clic et comporte au moins 200 caractères. En général, les métas descriptions ont une fonction très importante sur un moteur de recherche. C’est-à-dire qu’ils fournissent une description succincte du contenu de votre page Web en conjonction avec le reste des métadonnées du code HTML de votre site. Et même si vous n’en créez pas vous-même, la plupart des systèmes de partage de contenu généreront automatiquement une méta-description pour vous. Mais ce n’est certainement pas ce que vous voulez, parce qu’il ne sera certainement pas aussi bon que celui que vous créez.

ARCHITECTURE ET MAILLAGE INTERNE

S’il est vrai qu’en SEO on entend surtout parler du maillage externe, le fameux link building avec des liens d’autres sites internet pointant vers la page de votre site que vous essayez de positionner et qui va indiquer à Google que le contenu est populaire et donc qualitatif. Il ne faut pas pour autant négliger les liens internes parce qu’ils vont diffuser le jus SEO (link juice) vers les différentes pages du site.

CREEZ DE L’INTERACTION

Il est impératif dans une optique de référencement de chercher l’interaction avec le lecteur pour créer un effet viral. La première étape est donc d’installer des systèmes de commentaires comme DISQUS et l’ensemble des pluggins de partages sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter et Linkedin en particulier).

Un contenu nouveau, atypique et innovant génèrera plus de partages et de commenaitre. Il faut cibler des thématiques qui vont intéresser profondément le lecteur (inbound marketing) et pas juste chanter les louanges de votre propre entreprise ou vanter les mérites de ses produits et services.

Pas d’impact SEO direct des réseaux sociaux (to les liens sont en nofollow donc ne vont pas influencer vos positions en search sur Google) mais ils vont permettre de générer beaucoup plus de strafic grâce aux partages. Cela constitue donc une belle Source de trafic indirect.

PENSEZ A OPTIMISER LE REFERENCEMENT DES IMAGES !

Renommer les images avant de la mettre sur votre site : pas IMG_478 mais plutôt Solution-isolation-fenetre.jpeg
Renseigner les balises alt avec les mots clés. Si vous êtes sur WordPress vous pouvez renseigner ces champs directement depuis le back-office
Cela peut ramener beaucoup de sessions sur votre site depuis Google Images ou alors via les plateformes de partage comme Pinterest, Flickr.

AJOUTER UN SITEMAP

Un Sitemap (ou plan du site en Français) est une liste de pages sur votre site accessible aux visiteurs ou aux moteurs de recherche. Il fournit aux moteurs de recherche un fichier qui peut être rapidement scanné pour trouver les différentes pages de votre site. Cela signifie que toutes vos pages ont une meilleure chance d’être indexées. Bien qu’il existe différentes façons de créer un Sitemap, la plus rapide est d’utiliser un outil en ligne gratuit comme XML (https://www.xml-sitemaps.com/)
Ensuite il faudra bien penser à le positionner dans la search console de Google.

PASSEZ AU HTTPS

Le protocole HTTPS rien qu’à la simple lecture du terme 70% d’entre vous auront déjà sauté au paragraphe suivant. Et pourtant le principe de base n’est pas si compliqué que cela. Cette technique est principalement visible lorsque vous faites un paiement en ligne sur un site marchand.

Quand vous naviguez sur le web vous recevez des données et vous en envoyez d’un ordinateur à un autre (recherches, messages etc…).
Lorsque l’on navigue en protocole http (non sécurisé donc) vos données sont récupérable par exemple lorsque vous vous connecter via le Wifi de l’hôtel ou d’un restaurant par d’autres utilisateur. Le protocole HTTPS va mettre en place une cryptassions des données qui même si elles sont récupérées les rends inexploitables.

Ce n’est que récemment avec l’émergence des réseaux sociaux que le protocole HTTPS s’est démocratisé notamment avec les login et mots de passes lorsque vous vous connectez.

Google encourage de plus en plus les webmasters à l’utiliser et même s’il n’est pas forcément avéré que les sites encore en HTTP soient désormais désavantagés dans les résultats de recherche il reste impératif de le mettre en place. C’est relativement simple et de plus cela peut être gratuit si l’on utilise des hébergeurs tel que Gandi ou OVH par exemple.

LES BACKLINKS

Panda et Pinguouin ont rebattu les cartes. Désormais les annuaires de granpapa et autres techniques empiriques même si dans certains cas fonctionnent encore c’est un chouilla obsolète. Désormais c’est plus la quantité mais la qualité. Des liens obtenus le plus naturellement possible émanant de site dans la même thématique que la vôtre et si possible ayant une forte autorité/légitimité aux yeux de Google (pagerank). Guestblogging , contenu viral et qualitatif qui va créer des backlinks tout naturellement comme dit plus haut content is king.

PENSEZ À LA LONGUE TRAINE

Agence web : site e-commerce

Concept inventé en 2006 par Chris Andersen qui peut permettre lorsque l’on est une petite entreprise sans énorme moyens marketing de se positionner sur Google sur des requêtes qui en valent vraiment la peine et qui vont permettre de générer du chiffre d’affaire.

Les 10 000 mots clés les plus tapés dans Google ne représentent que 20% de tous les mots clés utilisés par les internautes. Ces derniers font preuve d’une imagination quasi sans limite au niveau de leurs requêtes, certaines pouvant aller jusqu’à 10-15 mots.

Prenons un exemple concret rencontré avec l’un de nos clients 24SECONDES. La marque design et commercialise une gamme innovante de chaussures de basket Made in France. Si ces derniers tentaient de se positionner sur un mot clé générant énormément de requêtes comme « chaussures » (100k à 1M de recherches mensuelles) mais très générique, ils n’ont quasiment aucune chance d’apparaitre dans les moteurs de recherche. Le domaine n’a pas suffisamment d’existence et d’autorité pour pouvoir entrer en concurrence frontale avec des sites comme ZALANDO, SARENZA ou encore SPARTOO. De plus les clients de ces sites sont de toute façon plus à la recherche de modèle moins spécifique (chaussures de villes, sneakers etc…). S’ils essayaient de se positionner sur « chaussures de sport » cela semble déjà beaucoup plus pertinent mais la concurrence reste importante. En revanche en ciblant la requête « chaussures de basket Made in France » (nombre de recherche forcément plus faible) avec une page dédiée optimisée ils se placent déjà à la troisième place dans les SERP et devraient rapidement atteindre la première place. Cela génère du trafic extrêmement qualifié ce amène forcément des conversions. Et cela peut être décliné sur d’autres termes du champ lexical de la thématique chaussure de basket : chaussures basket basses, hautes, modèles signature etc… Et toute ces requêtes très ciblées bien qu’ayant des faibles volumes de recherches vont ramener 50% du trafic du site.

CONCLUSION 

Vous l’aurez compris améliorer son référencement est un travail de fond et de longue haleine mais qui peut s’avérer terriblement efficace si vous effectuer cet effort continue. Si vous souhaitez aller plus loin et réaliser une audit technique et sémantique de votre site, démarrer une stratégie de netlinking qualitative ou bien juste échanger sur votre projet autour d’un café, notre agence de référencement se tient à votre disposition. N’hésitez pas à nous contacter pour viser la première page !